Archives pour la catégorie affiches et typographie

Des affiches de présentation de caractères.

Voici le premier travail des étudiants de troisième année d’arts graphiques de l’ÉSAG-Penninghen, une affiche-specimen, à la fois présentation fonctionnelle, esthétique et pédagogique d’un grand caractère de l’histoire typographique.

Cliquez sur une image pour démarrer le diaporama.
Merci à Jeff Blunden qui m’assiste pour ce cours.

Des affiches pour des artistes du mouvement moderne.

Les étudiants de troisième année d’arts graphiques de l’ÉSAG-Penninghen ont planché sur leur premier sujet de l’année, une affiche pour l’exposition d’un artiste du mouvement moderne. Au début du siècle les artistes ont voulu faire sortir l’art des galeries et des ateliers ; ainsi ils ont inventé le concept moderne de “design” et se sont intéressés à la typographie, porteuse elle aussi de valeurs novatrices.

Après s’être nourris du travail et de la réflexion de chaque artiste, les étudiants ont proposé une affiche entièrement typographique, symbolique de la démarche et de l’univers formel de chacun.

Cliquez sur une image pour démarrer le diaporama.
 Merci à Jeff Blunden qui m’assiste pour ce cours.

L’affiche typographique : quand la lettre fait tout le travail…

L’affiche typographique est une création bien particulière. Composée uniquement de texte, sans visuel figuratif, une affiche peut tout à fait remplir son rôle premier, celui d’informer ; à l’inverse, une figure sans texte tend à rester, la plupart du temps, une énigme, une proposition de sens offerte à de multiples interprétations. L’affiche typographique adopte une double fonction, à la fois contenu linguistique et signe, permettant de lier intrinsèquement texte et image, habituellement installés dans des territoires différents quelquefois difficiles à faire cohabiter.

La lettre est un objet graphique et se montre comme tel. « Letters are things, not pictures of things » écrivait Eric Gill, le créateur du caractère du même nom… Si l’abstraction de la lettre ne révèle, la plupart du temps, sa finesse qu’aux regardeurs avertis, qui savent voir en elle un dessin, un jeu de surface, de pleins et de vides, ici, la lettre « force le regard » grâce à la figure, à l’évocation, à la symbolisation. Une sorte de redondance positive qui fait sens, sans radoter, réalisant la prouesse de faire voir en même temps qu’elle fait lire.

Voici une sélection d’affiches créées du début du XXe siècle au début du XXIe, où la lettre flirte plus ou moins avec la figure.

Cliquez sur une image pour la voir en grand. © aux différents auteurs.