CCC OD: Naissance d’un caractère typographique.

“Entrez dans les coulisses du caractère créé par André Baldinger et Toan Vu-Huu pour le Centre de Création Contemporaine Olivier Debré à Tours: «On s’attache à une typographie… C’est une sorte de complicité, on peut dire, qui s’installe entre un spectateur et un caractère.»

En 2014, le Centre de Création Contemporaine Olivier Debré, à Tours, lançait dans le cadre du 1% artistique un concours unique: créer un caractère typographique qui exprime la rigueur et l’épure géométrique du bâtiment construit par les architectes Manuel et Francisco Aires Mateus, pour le nouveau centre d’art, au cœur de la ville.

Le film raconte l’histoire du caractère créé par André Baldinger et Toan Vu-Huu en réponse à ce concours. Le duo a d’abord cherché à comprendre «de l’intérieur» le projet architectural pour en isoler les traits les plus distinctifs: son caractère géométrique basé sur des volumes en cube; ses ouvertures créées par le déplacement des volumes; son jeu avec la lumière…”

Share

Typo/graphic posters

Découvrir différentes cultures via l’affiche, promouvoir un design de qualité, c’est ce que propose ce blog dans lequel on navigue par auteur, pays ou… couleur. Cette sélection en donne un avant-goût; l’ensemble est à découvrir ici.

Cliquez sur une image pour démarrer le diaporama. © Aux différents auteurs.
Share

Un caractère de titrage modulaire par les étudiants de Penninghen.

Les caractères modulaires sont construits à partir d’une ou de plusieurs formes, combinée(s) de façon à recréer tous les signes de l’alphabet. Ce sont des titrages (voir l’article à ce sujet ici.) Les étudiants(es) imaginent et réalisent un caractère modulaire (tout capitales, tout bas de casse, ou unicase, c’est-à-dire capitales et bas de casse mélangées) pour un groupe de musique. En général, une douzaine de modules suffit à concevoir l’alphabet.

Ce cours permet d’étudier la structure des lettres de l’alphabet, d’apprendre à définir une famille de signes allant les uns avec les autres, de travailler la notion d’identité visuelle.

Cette recherche est proposée en deuxième année de l’Ésag-Penninghen, afin de permettre aux étudiants d’appréhender de façon ludique une pratique souvent intimidante au départ, tout en leur offrant la possibilité de maîtriser une création typographique de A à Z.

Merci à Marie Philippe et Thibault Geffroy qui travaillent avec moi.
Plus d’informations sur l’école : http://penninghen.fr/
Cliquez sur une image pour démarrer le diaporama.

 

Share

Type Sample, Font Reach, pour découvrir les caractères grâce au web.

Type Sample est une petite extension très simple à utiliser qui, une fois installée, permet d’identifier les fontes d’un site affiché à l’écran. Conçue par Justin Van Slembrouck and Paul Barnes-Hoggett, elle n’est payante que si vous sauvegardez vos recherches.
On peut la télécharger ici : www.typesample.com.

Capture d’écran 2016-08-04 à 16.03.27

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2016-01-12 à 16.49.25

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Font Reach est un site créé par Jesse Chase et Jason Chen, qui permet de retrouver les sites composés avec un caractère donné et de visualiser ainsi de nombreux exemples.
C’est ici : www.fontreach.com.

Share

Parole de créateur de caractères. Dominique Moulon de l’Epsaa s’entretient avec Jean François Porchez.

Capture d’écran 2017-05-15 à 14.40.51

Jean François Porchez dirige Typofonderie, une fonderie typographique créée dans les années 90. Si, au début, il ne diffuse que ses propres caractères, il accompagne maintenant d’autres créateurs qu’il commercialise également. En parallèle, il est à la tête de ZeCraft qui crée des caractères sur-mesure pour des entreprises, des marques. Créateur de caractères est la terminologie précise qu’il utilise pour définir son métier, différent du typographe, qui est l’utilisateur, souvent un graphiste qui aime la typographie, un graphiste expert en ce domaine. 

La lettre typographique n’a pas toujours la même fonction : le plus souvent, elle doit s’effacer dernière le message mais, quand elle possède une fonction identitaire, elle doit affirmer un univers, se mettre en avant et devenir la voix de l’émetteur.

Le rythme, le temps de la création typographique, est plus lent que celui du graphisme. Certains caractères deviennent intemporels, d’autres s’inscrivent directement dans une période et deviennent signes de cette époque. Un usage particulier peut leur donner un statut de référence, comme dans le cas des linéales géométriques devenues repères des marques de luxe depuis le logotype de Chanel qui fit date dans l’histoire du graphisme. En créant le Parisine, pour la RATP, dans les années 90, Jean François Porchez voulait quelque chose de doux, rond, intemporel, fonctionnel. Ce caractère a pris valeur de symbole de la ville de Paris par son usage, comme le Jhonston pour Londres et l’Hevetica pour New York.

L’invention de la courbe de Bézier au début des années 70 permet de diminuer la lourdeur du “poids” informatique de la définition de la forme. Ce type de courbe est la base du langage PostScript, né les années 80, que l’on utilise encore aujourd’hui. Si, dans un premier temps, les outils techniques ont évolué pour “rattraper” la qualité d’avant l’invention des ordinateurs, ils permettent aujourd’hui d’aller plus loin. Le texte est aussi beau qu’à l’époque de la Renaissance mais il est doté des dimensions de temps et de proportions qui sont totalement nouvelles, qui ne sont plus fixes.

Le web est un univers de lettres, de textes. À l’écran, la distinction avec/sans empattement n’a plus de sens, la qualité de l’affichage détermine le caractère, la forme si nécessaire (exemple de l’écran led qui nous fait revenir au pixel, au Bitmap, et devrait évoluer très vite). Le web et l’usage des smartphones ont promu un regain du goût pour la culture typographique, car c’est le texte qui est primordial et en parallèle, on assiste au grand retour du lettrage – lettres dessinées à la main –, lié au retour du désir, du besoin, du “fait main”. Le métier de peintre en lettres revient, plus pointu car riche de la culture mondiale et des échanges. Le goût de composer avec des caractères bois, mobiles, en atelier typographique comme à l’ancienne, résulte de ce même désir. 

L’ensemble est à retrouver ici : http://moocdigitalmedia.paris/cours/creation-typographique/

 

 

Share

Safari typo sur Arte creative.

“Safari Typo ! explore les lettres et les chiffres qui s’affichent à Paris, Londres, Berlin, Barcelone, Marseille, Amsterdam ou encore Montréal.
Dans la rue, dans les transports, sur les enseignes de boutiques, de bars, de restaurants ou de clubs, les cheminées d’usines où les panneaux publicitaires… Ces inscriptions dans l’espace public forgent le caractère d’une ville aussi sûrement qu’une architecture ou un style vestimentaire.”
http://creative.arte.tv/fr/safaritypo
Capture d’écran 2017-01-24 à 12.08.33

Thomas Sipp réalise des films documentaires et des documentaires sonores. Il est l’auteur de Sacrés Caractères.

Share

Peter Bilak présente son travail à TypeParis 2016.

Peter Bilak présente quelques unes des ses recherches – le Greta, l’History et son caractère pour le grand Paris — et les resitue dans la pratique globale du designer de caractères qui doit se projeter sans cesse pour imaginer ce que d’autres feront de ses créations dans les décennies à venir. Il aborde simplement des notions pointues permettant ainsi à tout un chacun de découvrir les enjeux de ce domaine (en anglais).
 

Typotheque (NLD), la fonderie et le studio graphique de Peter and Johanna Bilak.

Share

Le Free Font Friday de MyFonts.

Les initiatives se multiplient pour faire connaître les créations typographiques contemporaines. Une très bonne idée est d’offrir régulièrement des “échantillons” de caractères récents, permettant ainsi de les tester et d’acheter les fontes complémentaires si affinités.

Aujourd’hui MyFonts offre 4 variantes du Rational de Rene Bieder (2016). Il s’agit de la déclinaison monospace de cette néo-grotesque qui conserve ses doubles “a”, doubles “g” et propose un dessin adapté des “r”, “m”,“f”, “i” et “w”. Pour les télécharger, c’est ici : http://www.myfonts.com/fonts/rene-bieder/rational-tw/.Capture d’écran 2016-06-24 à 13.39.54

 

Capture d’écran 2016-06-24 à 13.54.26

Share

The ABCs of Dada

Le Dadaïsme puise sa force dans la culture du non-sens, dans l’ironie élevée au niveau de pratique artistique et, lorsque Dada part à la conquête du langage, c’est pour découvrir une autre forme de communication basée sur des principes radicalement nouveaux. Après la démystification, peut naître l’exploration progressive. Les images et les textes dadas montrent le grotesque du monde qui s’écroule sous le poids de la guerre ; les coutumes sociales, l’art n’ont plus la valeur que leur donnait le passé, il faut désormais tout réinventer. Pour cela, il est nécessaire de repenser entièrement les moyens d’expression traditionnels et de faire exploser les frontières existant entre les différentes disciplines : les poètes sont typographes, les typographes sont peintres ; Kurt Schwitters récite ses poèmes en public et les édite avec une très grande recherche typographique, maîtrisant ainsi toutes les étapes de la création.

Dada ressent un besoin constant de s’exprimer, dans l’ombre des cabarets d’avant-garde, dans les revues et manifestes qui circulent à l’époque, ou directement dans la rue. Le degré de politisation du mouvement varie selon les pays : la Suisse, la France et l’Allemagne n’étant pas confrontées aux mêmes événements historiques, chaque artiste va modeler son discours et trouver les processus de création, de la provocation dévastatrice à l’engagement révolutionnaire, qui serviront le mieux ses intentions.

Les textes dadas sont souvent construits comme de véritables attaques destinées à capturer l’attention du lecteur. Dada utilise des procédés calqués sur une rhétorique publicitaire, ou plutôt sur celle de la réclame, pour lancer une offensive de l’absurde, de l’humour et de la dérision. Il faut à tout prix susciter une réaction, instaurer un dialogue imaginaire, détourner la logique habituelle du discours.

À travers les manifestes, les artistes, signataires réunis sous le cri de combat “dada” !!, peuvent cultiver la contradiction subtile d’écrire des pages et des pages sur le fait qu’ils n’ont rien à dire. Dada vous parle, Dada se vante, Dada insulte, Dada réinvente le langage et vous devenez son complice. Dada n’est qu’un mot, mais Dada va donner au mot toute sa puissance. Celui-ci devient signe de ralliement, emblématique d’une certaine manière d’envisager la vie :
On cherche dans le dictionnaire Larousse un mot international dépourvu de couleur politique ou partisane, et même de toute signification précise. Richard Huelsenbeck tombe sur le mot “Dada”, dont la puérilité semble remplir toutes ces conditions. Il est adopté à l’unanimité.¹

¹. Gabrielle Buffet Picabia dans Aires abstraites, Pierre Cailler, Genève, 1957, p. 178.
Share

Les Google fontes dans Photoshop grâce à Fontea.

Encore un outil pour simplifier la vie des amoureux de la typo : Fontea, disponible aussi bien sous OS que sous Windows, permet d’accéder directement aux 700 Google fontes à partir de Photoshop. Un simple menu permet de naviguer et de tester les différents caractères sans avoir à quitter le logiciel. Les catégories, Serif, Sans Serif, Display, Handwriting, Monospace, de la classification Google, permettent un premier tri parmi les fontes sur lesquelles il suffit de cliquer pour pouvoir les tester. Il est également possible de se créer sa propre typothèque à partir de ses choix favoris.

Pour télécharger ce plug-in gratuit c’est ici : fontea.madebysource.com
Capture d’écran 2016-04-28 à 20.56.18
 
 

Share

Les jeux d’écriture de Benoît Bodhuin.

Benoît Bodhuin est graphiste, designer de caractères et enseignant. Il se décrit lui-même comme ayant un cursus indécis – mathématiques puis graphisme – une pratique affranchie et un intérêt pour la typographie.

Il présente ici, à l’ENSA Limoges, de nombreuses expériences, souvent basées sur un protocole, un système de variations, des contraintes, afin de dépasser le cadre de la commande traditionnelle et d’interpeller le lecteur.

Tout son travail est ici : bb-bureau.fr.

Share

mooc digital media. paris.

Dominique Moulon coordonne la plateforme de l’École Professionnelle Supérieure d’Arts Graphiques de la ville de Paris (EPSAA), qui a décidé en 2015 de se doter d’une formation en ligne ouverte à tous, ou Massive Open Online Course (MOOC), en sollicitant les compétences et en exploitant les ressources dédiées à l’enseignement des médias digitaux. Ainsi le MOOC de l’EPSAA Ville de Paris est destiné à un public en recherche de formation initiale comme à un large réseau de professionnels et bien entendu ouvert à tous.

Les cultures et pratiques numériques sont aujourd’hui l’affaire de tous. Elles sont transversales à bien des domaines, allant des arts visuels aux arts appliqués, jusqu’au spectacle vivant. Aussi, les contenus du moocDigitalMedia.paris sont accessibles à tous. A tous ceux désireux d’améliorer leur savoir-faire en s’appropriant des connaissances inhérentes aux pratiques innovantes qui sont à la croisée des réseaux, des jeux vidéo, du design d’interaction, des nouvelles images, de la data visualisation, du mapping vidéo ou de la générativité en son.

Sur ce projet, l’EPSAA collabore avec l’équipe de recherche Art & Flux de l’UMR ACTE du CNRS et l’association MCD ayant pour objectif, depuis dix ans, d’informer, promouvoir et accompagner la diffusion des cultures digitales.

François Brument, Matthieu Nebra, Michaël Stora, Éric Sadin, Étienne Mineur, Geneviève Gauckler, Dominique Cardon, pour ne pas les citer tous, participent à ces interventions passionnantes qui nous éclairent dans tous les domaines du digital. C’est ici : moocdigitalmedia.paris.

Capture d’écran 2016-04-03 à 14.43.57 Capture d’écran 2016-04-03 à 14.44.12 Capture d’écran 2016-04-03 à 14.44.29

Share