Archives du mot-clé John Heartfield

Capture d’écran 2016-06-18 à 16.14.53

The ABCs of Dada

Le Dadaïsme puise sa force dans la culture du non-sens, dans l’ironie élevée au niveau de pratique artistique et, lorsque Dada part à la conquête du langage, c’est pour découvrir une autre forme de communication basée sur des principes radicalement nouveaux. Après la démystification, peut naître l’exploration progressive. Les images et les textes dadas montrent le grotesque du monde qui s’écroule sous le poids de la guerre ; les coutumes sociales, l’art n’ont plus la valeur que leur donnait le passé, il faut désormais tout réinventer. Pour cela, il est nécessaire de repenser entièrement les moyens d’expression traditionnels et de faire exploser les frontières existant entre les différentes disciplines : les poètes sont typographes, les typographes sont peintres ; Kurt Schwitters récite ses poèmes en public et les édite avec une très grande recherche typographique, maîtrisant ainsi toutes les étapes de la création.

Dada ressent un besoin constant de s’exprimer, dans l’ombre des cabarets d’avant-garde, dans les revues et manifestes qui circulent à l’époque, ou directement dans la rue. Le degré de politisation du mouvement varie selon les pays : la Suisse, la France et l’Allemagne n’étant pas confrontées aux mêmes événements historiques, chaque artiste va modeler son discours et trouver les processus de création, de la provocation dévastatrice à l’engagement révolutionnaire, qui serviront le mieux ses intentions.

Les textes dadas sont souvent construits comme de véritables attaques destinées à capturer l’attention du lecteur. Dada utilise des procédés calqués sur une rhétorique publicitaire, ou plutôt sur celle de la réclame, pour lancer une offensive de l’absurde, de l’humour et de la dérision. Il faut à tout prix susciter une réaction, instaurer un dialogue imaginaire, détourner la logique habituelle du discours.

À travers les manifestes, les artistes, signataires réunis sous le cri de combat “dada” !!, peuvent cultiver la contradiction subtile d’écrire des pages et des pages sur le fait qu’ils n’ont rien à dire. Dada vous parle, Dada se vante, Dada insulte, Dada réinvente le langage et vous devenez son complice. Dada n’est qu’un mot, mais Dada va donner au mot toute sa puissance. Celui-ci devient signe de ralliement, emblématique d’une certaine manière d’envisager la vie :
On cherche dans le dictionnaire Larousse un mot international dépourvu de couleur politique ou partisane, et même de toute signification précise. Richard Huelsenbeck tombe sur le mot “Dada”, dont la puérilité semble remplir toutes ces conditions. Il est adopté à l’unanimité.¹

¹. Gabrielle Buffet Picabia dans Aires abstraites, Pierre Cailler, Genève, 1957, p. 178.